La dépendance aux drogues

La drogue est connue pour ses effets néfastes sur le corps et le cerveau. Interdit par la loi, cette substance se répand malheureusement partout dans le monde. Certains en deviennent même dépendants. De ce fait, les questions qui se posent sont : comment savoir qu’une personne est dépendante de la drogue ? Comment y remédier ?

La drogue : définition, usage et dépendance

La drogue se définit comme un produit faisant effet sur le psychisme d’une personne. Elle peut modifier le métabolisme du corps et le bon fonctionnement du cerveau. En effet, la drogue impacte l’humeur, le comportement, la perception, les capacités physiques, et même la psychologie de l’être humain. L’usage de la drogue entraîne des effets néfastes sur la santé. Voilà pourquoi sa consommation reste interdite par la loi, une information confirmée par le site drogues-dependances.fr. Une autre conséquence toute aussi grave, la consommation de la drogue aboutit à une dépendance dont les manifestations sur le corps et le cerveau diffèrent d’un individu à un autre. Il existe plusieurs sortes de drogues telles que la cocaïne, le cannabis, les amphétamines, l’alcool, etc.

L’usage de la drogue se distingue de la dépendance. En effet, l’usage correspond à une consommation modérée n’entraîne aucune conséquence sur la santé et le comportement. Ce cas de figure apparaît principalement chez les adolescents qui, tiqués par leur curiosité, se mettent à essayer.

La dépendance représente une toute autre histoire. Plus conséquente, elle agit sur le corps et le cerveau de façon à ce que le malade ne puisse plus s’en passer. Dans la grande majorité des cas, l’addiction à la drogue résulte d’une souffrance psychologique ou d’un traumatisme aigu.

Les symptômes de la dépendance

Au début, le malade ne prend pas forcément conscience qu’il est dépendant à la drogue. La consommation devient de plus en plus fréquente et les symptômes apparaissent progressivement. Les efforts fournis pour arrêter ou diminuer la consommation n’ont pas porté leur fruit et cette absorption prend plus de temps que prévu. Un autre symptôme considérable se traduit par l’envie obsessive se manifestant n’importe quand et n’importe où, et notamment dans les endroits où ces substances ont été consommées ou acquises auparavant. Par ailleurs, le consommateur ou son entourage constate un certain relâchement quant à l’accomplissement de ses obligations au sein de la société. En effet, l’école, le travail, la famille sont moins pris au sérieux. Ensuite, le malade peut être sûr qu’il est dépendant à la drogue lorsqu’il ressent que l’envie atteint son paroxysme dans des circonstances de danger physique.

À part cela, la dépendance se manifeste également par l’incapacité d’arrêter même si les dégâts interpersonnels et sociaux causés par la consommation sont flagrants. Il existe des cas où la drogue engendre un problème psychologique ou physique grave chez l’homme et malgré la prise de conscience de ces effets indéniables, il continue à en prendre. Enfin, la dépendance se caractérise par des signes de sevrage lorsque le consommateur décide d’arrêter : tremblements, malaise, nausée, dépression, etc.

Les deux types de dépendance

En gros, une personne devient dépendante lorsqu’elle ne peut plus se passer de la drogue. Son quotidien se focalise sur la recherche et la prise de la substance. La dépendance peut être divisée en deux catégories : la dépendance psychologique et la dépendance physique.

En ce qui concerne la dépendance psychologique, elle se manifeste par l’obsession de reprendre une fois que le consommateur a décidé d’arrêter. Des troubles émotionnels et mentaux causés par l’effet de la drogue sont visibles. L’arrêt de la consommation engendre un sentiment de malaise aboutissant parfois à une dépression. En effet, il semble très difficile de vivre sans le produit de manière brusque. Il faut du temps. Cet arrêt provoque une sensation de mal-être déjà ressenti auparavant et qui a pu entraîner la prise de la drogue, d’où le dangereux cercle vicieux.

Concernant la dépendance physique, elle se manifeste par une réclamation de l’organisme lorsque la concentration de la substance dans le corps arrive en dessous d’un certain seuil. L’état de manque se montre par des symptômes physiques dénommé syndrome de sevrage. Toutefois, il est important de souligner que les impacts physiques varient selon le produit consommé (alcool, médicaments thérapeutiques, cannabis, etc.).

La dépendance aux drogues : conseils pratiques

Il est vrai qu’arrêter la consommation est difficile, mais elle est bien possible. Le premier pas à franchir consiste à connaître la raison de la décision : pourquoi cette envie d’arrêter ? Comprendre les raisons de ce choix de vie vous motivera et vous aidera à vous y préparer au mieux. Ensuite, la deuxième étape consiste à prendre conscience au préalable des conséquences physiques et psychologiques qui apparaîtront. Un sentiment de vide accompagné par une perte de repères fait surface pendant les périodes d’arrêt. Il est préférable d’adopter un mode de vie plus sain et d’éviter les mauvaises fréquentations précédentes.

Il est bien faisable d’arrêter seul. Toutefois, il semble plus facile de se faire aider. Avant d’arrêter, l’idéal serait de prendre rendez vous avec un expert de l’addictologie pour cerner le type de dépendance et adapter par la suite le processus d’arrêt. L’entourage peut aussi être d’une aide précieuse. La motivation devient plus grande et la présence des proches pendant la sensation de manque s’avère être un soutien déterminant.

Pourquoi des compléments alimentaires bio ?
Choisir un audioprothésiste adapté à ses attentes